7 février 2016

Visite au sommet....!



















Quittez la route goudronnée au niveau des restes d'un antique escalier de pierre. Grimpez le sentier caillouteux de la "Promenade Courbet" qui monte au travers du coteau. Des marches vous aideront dans votre ascension...!  
Au pied des falaises, laissez à gauche le sentier qui conduit à la via Ferrata, continuant le chemin balisé jaune-bleu "Parcours des Roches". Au sommet d'une volée de marches d'un petit escalier de fer, continuez le sentier pour arriver sur le plateau. Suivez alors le balisage qui vous invite à gauche en direction de la pancarte Roche des Pins, Belvédère Château.
Vous êtes au belvédère de la Roche du Mont surplombant la vieille cité d'Ornans et l'amont et l'aval de la vallée de la Loue, avec vue si le ciel n'est pas trop brumeux sur la Roche de Haute-Pierre. Prudence en longeant les falaises en passant devant la Vierge de Notre Dame du Mont! Vous traversez des pelouses calcaires sèches, c'est-à-dire des formations végétales herbacées rases, qui se développent sur des sols peu profonds et subissant un ensoleillement important. 

Vous continuez sur le chemin, entrant dans un petit bois de pins pour arriver au belvédère de la Roche des Pins, enchâssé dans la verdure et un banc pour se reposer ou déjeuner. Au niveau du ruisseau de Mambouc, que vous traversez sur un petit pont de planches, le chemin croise le GR595 qui redescend sur Ornans, en longeant le ruisseau..


DEMAIN - Le film

L'HISTOIRE

Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien, était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales, que traversent nos pays ? Suite à la publication d’une étude qui annonce la possible disparition d’une partie de l’humanité d’ici 2100, Cyril Dion et Mélanie Laurent partent avec une équipe de quatre personnes enquêter dans dix pays pour comprendre ce qui pourrait provoquer cette catastrophe et surtout comment l’éviter.
Durant leur voyage, ils rencontrent les pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. En mettant bout à bout ces initiatives positives et concrètes qui fonctionnent déjà, ils commencent à voir émerger ce que pourrait être le monde de demain…!
plus d'info : Demain - le film

6 février 2016

La vigne de retour à Ornans...!


L'initiative est partie de la mairie. La commune souhaite développer le tourisme autour du musée et de l'héritage du peintre Gustave Courbet. D'antan, le peintre a peint la source de Loue, et le vignoble. Le projet mûrissait depuis 10 ans. Il a fallu racheter les parcelles. 3300 plants de pinot noir ont été plantés. A terme le vignoble devrait produire du crémant, du blanc et du rouge. Pour boire le nectar ornanais, il faudra patienter. Au moins 5 ans. 

5 février 2016

En attendant Bojangles...!

En attendant Bojangles - Olivier Bourdeaut 

- Henriette, faisons les valises, ce soir je veux prendre l’apéritif sur le lac !
Alors on jetait des milliards de choses dans les valises, ça volait dans tous les sens. Papa hurlait :
- Pauline, où sont mes espadrilles ?
Et maman répondait :
- A la poubelle, Georges ! C'est encore là qu'elles vous vont le mieux !
Le salon était vraiment dingue... En face du canapé, sur une vieille malle de voyage pleine d'autocollants de capitales, se trouvait un petit téléviseur moisi qui ne fonctionnait plus très bien. Sur toute les chaines passaient des images de fourmilières en gris, en noir, en blanc. Pour le punir de ses mauvais programmes, mon père l'avait chapeauté d'un bonnet d'ane. Parfois, il me disait :
- Si tu n'es pas sage, j'allume la télévision ! C'était l'horreur de regarder le téléviseur pendant des heures. Mais il le faisait rarement, il n'était vraiment pas méchant.


Fantaisiste et sautillant, le premier roman d'Olivier Bourdeaut est un vrai petit bijoux à lire de tout urgence... j'ai adoré...!
Pour lire en musique - Monsieur Bojangles - Nina Simones 

3 février 2016

Dans la nuit...!

Hier soir rdv à la médiathèque "La Passerelle" pour ma première participation au club de lecture...

31 janvier 2016

Quand j'aime la pluie...!

Je me lève et je me dis chouette il pleut et j'aime le bruit de la pluie sur le toit 
ce qui donne un côté très zen à ma petite cour intérieure. 
J'avais envie d'y ajouter un petit carillon, et le  hasard fait bien les choses, 
la petite brocante de ma rue en avais justement un en rayon hier et à 4€...!

Fais ce que tu peux, avec ce que tu as, là où tu es.
Théodore Roosevelt 

21 janvier 2016

Ornans capitale de la pêche à la mouche...!

Aujourd'hui le soleil était de retour et la Loue, celle que l'on appelait autrefois "la louve" à retrouver son calme et sa surface en "miroir". Pour les pêcheurs, c’est un très joli parcours avec alternance de courants et de calmes permettant de pêcher en sèche ou en nymphe .  Pour les mouches sèches il est conseillé d'utiliser la mouche d’Ornans corps Olive Jaune Pale ou paille cerclé, bwo, la peute en petite taille ainsi que les sedges roux cannelle bécasse et gris blanc. Pour les nymphes La phaisant-tail, tête orange, hot spot, casque d’or corps marron cerclé, gammares et nymphes de tricoptère avec thorax en lièvre très peu fourni corps jaune olive et marron...

Un petit détour du côté de ma région natale...Haut Doubs, hiver 2014

20 janvier 2016

Dans la brume...!

Paysage

II est doux, à travers les brumes, de voir naître
L'étoile dans l'azur, la lampe à la fenêtre...

Et la lune verser son pâle enchantement.
Je verrai les printemps, les étés, les automnes ;
Et quand viendra l'hiver aux neiges monotones,
Je fermerai partout portières et volets
Pour bâtir dans la nuit mes féeriques palais.
Alors je rêverai des horizons bleuâtres,
Des jardins, des jets d'eau pleurant dans les albâtres,
Des baisers, des oiseaux chantant soir et matin,
Et tout ce que l'Idylle a de plus enfantin.
L'Emeute, tempêtant vainement à ma vitre,
Ne fera pas lever mon front de mon pupitre ;
Car je serai plongé dans cette volupté
D'évoquer le Printemps avec ma volonté,
De tirer un soleil de mon coeur, et de faire
De mes pensers brûlants une tiède atmosphère. 



     Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal

18 janvier 2016

Sentinelle... Cherchez le chat...!


Hier sur le site du château d'Ornans à notre arrivée un gros matou est venu à notre rencontre...
 à notre départ il était toujours fidèle à son poste d'observation...!
Le chat
C'est l'esprit familier du lieu ;
il juge, il préside, il inspire toute chose dans son empire ;
Peut-être est-il fée, est-il dieu ?
Charles Baudelaire

17 janvier 2016

Jour de neige...!



Petite balade au château d' Ornans, enfin ce qu'il en reste, c'est à dire la petite chapelle Saint Georges... 
et merci encore une fois au soleil qui a fait son apparition pile au bon moment...!

12 janvier 2016

Coup de soleil...!



Le petit miracle du jour... 8 minutes de soleil pile pendant ma petite balade quotidienne...!

10 janvier 2016

9 janvier 2016

Petite cuisine entre amies...!

Nathalie Young - Assaisonnez à votre goût.


Lizzie Prain à la cinquantaine, femme au foyer elle vit dans un cottage au milieu des bois avec son chien et son mari. Elle aime cuisiner, vendre des gâteaux qu'elle prépare, et préfère éviter ses voisins.

Lundi dernier sans crier gare, elle a tué son mari Jacob d'un grand coup de pelle sur la tête.. et pour se débarrasser du corps de façon absolument définitive, elle a trouvé une solution radicale... (solution que je ne vais pas vous dévoilée... mais je vous laisse deviner).

Extrait : Fais blanchir une poignée de pommes de terre nouvelles, que tu écraseras sur la plaque de cuisson, avec du jus de citron et quelques feuilles de menthe du jardin. Résiste à la tentation de forcer sur l'ail. Cuisine comme tu en as l'habitude.

Si l'on aime l'humour noir, un peu grinçant c'est parfait... ! 

4 janvier 2016

Galerie de portraits...!

Musée Courbet - Ornans
 C'est à Ornans  que Gustave Courbet a vu le jour en 1819. Il est l'aîné et l'unique garçon d'une fratrie de quatre enfants. Sa famille est unie et aisée, grâce à l'important patrimoine terrien du père.
Toute sa vie, Courbet témoigne de l'affection qu'il porte aux siens. Il a laissé d'eux de nombreux portraits, parfois au milieu des personnages de ses grandes compositions. Le même attachement le relie à sa région natale qui sert de décor pour nombre de ses tableaux. Au cours de sa vie, Courbet visite les pays du Nord où il est apprécié, il habite Paris, se rend en Saintonge, en Normandie avec le peintre américain Whistler... mais il revient toujours vers la Franche-Comté."Pour peindre un pays, il faut le connaître. Moi je connais mon pays, je le peins. Ces sous-bois, c’est chez moi, cette rivière, c’est la Loue; ces rochers, ce sont ceux d’Ornans et du Puits noir. Allez-y voir, et vous reconnaîtrez tous mes tableaux ». Gustave Courbet

3 janvier 2016

L'art de vivre du poète chinois...Petits bonheurs...!

Telle est la voie du poète : La voie suprême de la liberté poétique.


"Toute chose a un aspect attrayant qu'il vaut la peine de considérer, et tout ce qui est digne de considération peut apporter de la joie, pas seulement les choses extraordinaires, élaborées. On peut devenir joyeusement ivre même avec du vin faible voire de la lie, et l'appétit peut être satisfait rien qu'avec des légumes, des baies et des noix. En fait, il n'y a nul endroit dans ce monde où l'on ne puisse se sentir heureux."

Au menu, de la soupe de riz, de la soupe de tarot, un bouillon de graines de pavot, une brème de la rivière Min et du porc Tong men, un gros carabe d'après le givre, des pousses de bambous, de fougères et de zizanies, des beignets de jeunes fleurs d'acacia et de bouton de fleurs de palmier, du gingembre et des noix de ginkgo, une salade jeunes renouées et de lis d'eau, des champignons de mûrier, et bien sur des olives...

On ne saurait oublier, bien entendu, une coupe de bon vin de Lan ling, parfumé au chèvrefeuille, de vin d’asparagus ou de vin de cornouilles, accompagnée de kakis, de litchis, de nèfles et d'arbouses, de jujubes et de pastèques. 

Les jours d’extrême exaltation on se contentera avec des herbes magiques, de celles qui manifestent l’Âme, des pétales de chrysanthèmes et des mauves sauvages, du thé de Tin heng dont on moud les jeunes bourgeons, et même, luxe suprême, de la rosée sur les fleurs des bananiers.

 "L'art de vivre du poète chinois" - sur un air de Bach