29 mars 2014

Aime la guerre…!

Paulina Dalmayer est journaliste d’origine Polonaise. Elle a passé 2 ans en 2010 et 2011 en Afghanistan. Loin des clichés habituels, Paulina raconte la guerre. Elle apporte ici un éclairage différent qui bouscule un peu nos idées sur la guerre en Afghanistan.

Pitch : Hanna est journaliste en Afghanistan. Elle aime les homme aux manches retroussées, qu’ils aient un révolver dans la poche et dorment sur un matelas rempli de billets de banque ne la dérange pas.  Hanna découvre que son penchant pour les être odieux et formidables cache une fascination pour le  mode de vie qu’impose un pays en guerre. Quand les atrocités, la peur et la mort font surgir des qualités en voie de disparition dans la vie civile : loyauté, fraternité, héroïsme, dévouement et abnégation.

Extraits : Les femmes ! Ah, les femmes ! Je m’en suis méfiée. Et dès le début. Il n’y a rien de pire en Afghanistan que les femmes. Etais-je la seule à le voir ? Je l’ignorais. Peut-être étais-je la seule à le dire.  Et encore, je ne le disais pas à tous puisqu’il n’y a pas de crime plus odieux que de s’en prendre aux femmes d’Afghanistan. C’est la grande cause, le seul motif, l’argument ultime – les femmes d’Afghanistan ! Aurions-nous passé, nous autres Occidentaux, dix années à faire tout et son contraire dans ce pays, à y construire des écoles et des hôpitaux pour ensuite les bombarder, à y asphalter des route pour permettre aux insurgés de les détruire… aurions-nous supporté aussi longtemps que nos braves garçons s’y fassent tuer par les mêmes hommes auxquels ils apprenaient à manier les armes si derrière, sinon avant tout, il n’y avait pas les femmes afghanes ? Non. Certainement pas.

Un mémorandum rédigé par une cellule de la CIA appelée '”Red Cell” daté du 11 mars 2010 et divulgué sur le site Wilileaks, se révélait instructif à ce sujet. Il y était entre autres stipulé qu’en cas de désapprobation par l’opinion publique européenne des opérations militaires menées en Afghanistan sous la bannière de l’OTAN la politique de communication devait insister sur la condition des femmes dans le pays. Multiplier les témoignages dans les médias occidentaux aurait fait partie d’une stratégie visant à provoquer la culpabilité, la compassion et finalement le ralliement des publics…En France, et d’après les sondages, les femmes étaient moins nombreuses que les hommes à soutenir la guerre, il fallait pour les convaincre leur faire écouter la parole des femmes Afghanes. “La femme afghane peut servir de messager idéal pour humaniser le rôle de l’ISAF dans le combats contre les talibans grâce à son attitude typiquement féminine à parler de manière personnelle et crédible de ses expériences sous le régime des talibans, de ses aspirations pour l’avenir et de sa peur de voir les talibans remporter la victoire”, précisaient les auteurs du documents. Dire qu’ils ont réussi leur coup, c’est peu dire….

…. Je n’ai pas entendu le coup de feu. Je n’ai entendu qu’un bruit étrange, étouffé, comme si quelqu’un avait jeté par terre un sac de patates.Lorsque j’ai ouvert les yeux, Pulawski, visage écrasé contre le sol, baignait dans son sang tandis que Bastien, accroupi, lui faisait les poches pour en extraire un portable. Puis, il s’est lancé en courant dans ma direction, un flingue à la main. Et là, une fois encore, je me suis étonnée du silence, du fait que la vie de Pulawaski s’en était allée sans faire de bruit. Une vie de merde. Mais une vie tout de même…

 

AIME LA GUERRE ! -  Paulina Dalmayer...

LECTURE DU WEEK END

7 commentaires:

  1. je n'aurai pas choisi ce livre, pourtant tu me donnes envie de le découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre est un peu provoc... mais intéressant par son vécu de femme au milieu d'hommes pour qui la fraternité est importante... mot qui (à mon sens) ne fait pas parti du vocabulaire féminin...!

      Supprimer
  2. Une écriture qui ne laisse pas indifférent. Je note les références.
    Merci Eiline pour la découverte.
    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  3. Ohhh ton choix éveille ma curiosité! J'aime les livres qui témoignent! Je note

    Bon weekend Eiline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paulina a choisi la forme du roman pour témoigner sur cette guerre, elle leve le voile sur certaines situation rencontré

      Supprimer
  4. J'aime pas la guerre... Puisqu'il faut faire des choix, je passerai celui là ;)
    Mais merci...

    RépondreSupprimer