13 mars 2013

Une femme aimée...


Andrei Makine - Une femme aimée..

Oleg Erdmann est jeune, il rêve de devenir cinéaste. Il travaille aux abattoirs de Leningrad, habite un appartement communautaire. Sa passion : la Grande Catherine...

Extrait : Une ligne, d'un bleu plus dense que le ciel, coupe le chemin au bout de l'allée. Il voudrait courir, crier sa joie, saluer la mer, mais il a peur de renverser le café. Cette marche ralentie lui laisse le temps de comprendre qu'il a déjà vu cette silhouette féminine avançant entre deux rangées de peupliers  C'était en Crimée, dans un pays disparu, dans un vie où il se reconnait à peine. il était, alors, quelqu'un qui se débattait entre ses deux origines, souffrait de son passé, désirait fébrilement se définir face à ce monde et qui s’inventait des identités compliqués, des alibis, des justifications d’être .. Eva se retourne, s’arrête, l'attend. Il se dit qu'une définition très brève lui suffit désormais. Une identité simple, libre comme cette enfilade aérienne ouverte sur la mer. Un homme dans le regard d'une femme aimée.
"L'art de ce grand roman transcende la biographie. L’effervescence du XVIIIe siècle européen se trouve confrontée à la violente réalité de la Russie moderne"...

2 commentaires:

  1. Un bon roman, une tasse de thé et rester bien au chaud chez soi: le programme idéal de fin de semaine...
    Bonne journée Eiline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui vivement le WE... bonne journée...froide et ensoleillée pour Paris

      Supprimer