6 septembre 2012

Journal de Galère...!


Bien avant la consécration de son travail par le prix Nobel de littérature en 2002, Imre Kertész a noté – sur une période de trente ans – observations, pensées philosophiques et aphorismes qui l’accompagnaient lors de l’écriture de ses premières oeuvres. A travers un dialogue avec Nietzsche, Freud, Camus, Adorno, Musil, Beckett, Kafka... Kertész nous fait partager la genèse lente et douloureuse de ses plus grands textes, Au centre, bien sûr, comme le noyau noir de son existence, l’holocauste. Mais sa pensée, sa recherche existentielle concernent, plus largement, la question du totalitarisme, le caractère de la modernité, ainsi que son concept de la liberté.
- Où ai-je lui cette excellente histoire du lord et de son majordome ? On demande à un jeune lord qui vit retiré pourquoi il ne prend pas part à la vie. Il est bouleversé par la question : qu'est-ce que la vie ? Eh bien, la société, les courses, les amis, se marier, fonder une famille, lui dit-on. Ah bon, répond alors le lord, si c'est ça la vie, mon majordome s'en charge pour moi.

- Aujourd'hui, le fiasco est la seule expérience qu'on puisse vivre...

1 commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...