12 octobre 2011

Charlotte Delbo

 IMG_0307IMG_0310IMG_0308 

Je vais plusieurs fois par mois à la bibliothèque de mon quartier... Elle porte le nom de Charlotte Delbo...

Charlotte Delbo a été déporté  à Auschwitz  par le convoi du 24 janvier 1943, un convoi de 230 femmes. Elle est l’une des 49 femmes rescapées de ce convoi et portera, le reste de sa vie, le numéro 31661 tatoué sur le bras.  Elle a écrit une œuvre faite de récits, de pièces de théâtre et de poèmes, essentiellement autour de la déportation. Ses livres figurent parmi les plus forts sur ce sujet...

Portrait de Charlotte DelboExtrait de son  livre, Une connaissance inutile :  "Les gitanes étaient vraiment extraordinaires. Elles se promenaient dans le camp, le soir, après l' appel et elles vendaient toutes sortes de choses qu' elles avaient chipées ici ou là...Il n' y avait qu' un prix... Une ration de pain pour une cigarette, une ration de pain pour un oignon. Une ration de pain pour une culotte ou une chemise...Ce matin-là, la petite gitane qui m' avait accostée tirait de sa manche...une brochure, un tout petit livre....C' était Le Misanthrope  dans la collections des petits classiques Larousse à un franc. Je n' en croyais pas mes yeux. J' ai donné ma ration de pain. "Tout de même, tu  pourrais me faire un prix. Ce n' est pas aussi facile à vendre qu' une culotte". Rien à faire. Elle avait vu mon regard briller. Qui a jamais payé un livre aussi cher ? Serrant précieusement mon Misanthrope dans ma gorge, j' ai rejoint mes camarades à la baraque. Elles s' apprêtaient à souper, c' est à dire à manger leur pain avec de la margarine. "Tu ne manges pas ? - Qu' est-ce que tu as fait de ton pain ? - J' ai acheté un livre." J' ai tiré  le misanthrope de ma poitrine; "Alors tu vas nous le lire ?" Et chacune a coupé une tranche de son pain pour me faire une ration....

11 commentaires:

  1. encore de billets superbes! quelle histoire de C. Delbo! et le misanthrope! pour faire un peu rire!

    j'ai eu moi-meme une histoire de marchander avec des gitanes..d'accord! mais heureusement pas contexte de "camp".

    et pour le dernier billet - ces coussins en soutiens gorges! pas pour moi mais tres amusants....

    RépondreSupprimer
  2. Vraiment un récit émouvant....Bonne journée...

    RépondreSupprimer
  3. C'est un très beau récit. Un livre à retenir.
    Bonne journée sous le soleil gris.

    RépondreSupprimer
  4. merci pour ce partage (comme toujours chez toi -j'aime) belle journée-nath

    RépondreSupprimer
  5. C'est la place des petits pères en photo ?

    RépondreSupprimer
  6. Melle Paradis, Armelle, Nathalie, Dimitri : oui, un témoignage très poignant de la vie quotidienne dans les camps et de la solidarité entre femmes

    RépondreSupprimer
  7. Nikkos : oui c'est bien la place des Petits Pères que l'on aperçoit de la fenêtre de la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
  8. Très émouvant....merci

    RépondreSupprimer
  9. J'ai bossé de longues années à quelques mètres de là. Je visualise la bibliothèque, mais je n'y suis jamais entré, et n'ai donc jamais pu voir la place des Petits Pères sous cet angle.

    RépondreSupprimer
  10. Nikkos : un joli point de vue sur la petite place et sur la basilique notre dame des victoires

    RépondreSupprimer
  11. Tu me donnes envie d'en lire plus !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...